LMI01__1 centrée

Réhabilitation de la maison des ingénieurs, Lavaveix les Mines

Lieu :

Lavaveix les Mines (23)

Calendrier :

2016 - Chantier en cours

Maîtrise d'ouvrage :

Ville de Lavaveix les Mines

Budget :

625 127 euros HT

Surface :

426 m²

Equipe maîtrise d'oeuvre :

Idéum Partners (structure)
AES (fluides)
CS2N (économie)

Responsable de projet :

Gilles Malzac

LMI - PM - localisation

La Maison des Ingénieurs fait partie d’un grand ensemble patrimonial issue du passé minier de la commune de Lavaveix-les-Mines.

Les premières concessions minières présentes sur la commune datent de 1777 sous Louis XVI. C’est en 1868 que l’exploitation du bassin se modernise grâce à des techniques d’extraction renouvelées. Le bassin minier d’Ahun est à la fin du XIXè siècle l’un des plus gros bassins d’emplois de la Creuse. Pour l’extraction de l’houillère, de nombreux équipements sont construits, fours, lavoirs, laboratoires, ainsi que de nombreux équipements communaux pour subvenir aux besoins des populations locales. Un déclin s’amorce après la Première Guerre Mondiale jusqu’à l’arrêt définitif de la production en 1969. Les Houillères d’Ahun n’existent plus qu’à travers le parc mobilier et immobilier dont elles conservent la propriété et ce, jusqu’à leur mise en liquidation en mars 2005. En juin 2005, la totalité du site (les ateliers des mines, les fours, les corons, les équipements) est inscrite aux monuments historiques ainsi que les façades et toitures des bâtiments formant les anciens ateliers des houillères.

LMI05__1LMI02__1 LMI06__1 LMI07__1

Ces architectures sont d’immenses gestes sociaux, elles ne sont pas seulement des figures de pierre ou de brique, c’est-à-dire de subtils empilements fonctionnels de choses et des compositions de qualité, mais d’abord des formes chargées de signifiants qui distribuent le discible et le non-discible, le contemporain et l’archaïque. Il existe ainsi des héritages culturels, sociaux, formels, sensibles qui se sont formés dans le passé mais qui peuvent toujours activer le présent. De par sa capacité à ménager les temps, à faire surgir les traces, les survivances, l’architecture est un art du temps, l’art d’espacer les temps. Ce qui se projette en architecture c’est la rencontre d’un temps lointain, un temps historique avec des rythmes du quotidien, adaptés aux contingences actuelles.

Nous souhaitons inscrire ce projet dans cette perspective historique et sensible.

Le projet se concentre sur une mise en valeur de ce patrimoine en respectant des règles de mesure et de composition. L’aménagement du terrain se veut le plus minimal possible. Le projet s’inscrit dans une réhabilitation écologique de l’existant, en proposant des manières de vivre respectueuse du bâti historique, tout en s’adaptant aux contraintes de la vie contemporaines. Le projet reste dans l’emprise du bâtiment existant, seules quelques places de parking seront aménagées pour répondre aux besoins des futurs habitants. S’inscrire dans l’existant, c’est jouer avec certaines contraintes. Afin de maximiser l’espace de vie en Rdc, il a été décidé de créer une bande programmatique dans laquelle seront déportés des programmes annexes tels que les entrées, un local vélo, un local poubelle. Pour intégrer au mieux ces objets dans la compostion originelle du bâtiment, il a été décidé de matérialiser une continuité de matière en Rdc. Ainsi, les objets ne paraîtront pas comme des objets rapportés, mais comme une déformation du soubassement.

LMIMEUBLE02__1 LMIMEUBLE04__1 LMIMEUBLEBIS__1

Afin de proposer des typologies de logements qualitatives et ainsi susciter un attrait de la part des futurs habitants, nous avons décidé de proposer de grandes typologies de logement. Dans le corps principal du bâtiment, un T4 et un T5 prennent place, tandis que dans l’appentis existant, un T2 sera mis à disposition. Les grandes typologies s’articulent autour d’un bloc central de desserte réunissant les programmes techniques (wc, sdb, escalier…). Une double hauteur sera privilégiée afin de donner une qualité supplémentaire à l’espace de vie. En façade Sud, de grandes terrasses ainsi que de grands jardins seront mis à disposition des habitants. Le tout sera séparé par des clôtures faisant ponctuellement office de meuble de jardin. Ils seront fabriqués en brique avec en partie haute des haies végétales pour privilégier un maximum d’intimité.

Composition

RDC

RDC

R+1

R+1

R+2

R+2

Toiture

Toiture